Kenya

Octobre 2020

Ishmael Shem, coordinateur du projet à la Croix-Bleue Kisumu

Ishmael ShemCoordinateur du projet à la Croix-Bleue Kisumu

1. Pourquoi le travail de la Croix-Bleue est-il important pour toi?

Faire du bénévolat et travailler pour la Croix Bleue a ouvert mon regard sur ce qu’est une vie de toxicomanie. J’ai appris comment l’abus de toute drogue conduit à une maladie qui entrave le développement mental et économique. Ici, je trouve une plateforme pour effectuer des changements dans la vie des individus et de leur famille, en leur permettant de reprendre des responsabilités qu’ils auraient oubliées avec l’alcool dans leur vie.

2. As-tu observé/entendu que ton travail engendre du changement ? Si oui, lequel?

Oui, je suis convaincue de l’impact de notre travail et de remuer des vies grâce au travail de la Croix Bleue ; c’est ce que je ferai toujours. J’ai vu l’impact de la réadaptation et de la réintégration des familles qui vivaient dans la rue, qui étaient auparavant affectées par l’alcool et l’abus d’autres substances; voir des enfants séparés de leur famille à nouveau réunis; des maris qui abusaient de leur proches et qui assument maintenant leurs responsabilité parentales et leur entretien; et des femmes qui brassaient de l’alcool pour survivre qui ont maintenant repris des activités alternatives pour une meilleure santé et des responsabilités. Ce sont là quelques exemples concrets de l’impact de notre travail.

3. Quel a été ton moment le plus heureux au cours de ton travail pour la Croix-Bleue?

Il y a eu beaucoup de moments heureux. Quelques réussites à travers nos interventions auprès des enfants d’alcooliques.
1) Plusieurs parents sont venus témoigner que, grâce à leurs enfants, ils ont pu vaincre la dépendance à l’alcool et assumer leur rôle de parents.
2) Un père a retrouvé sa femme grâce à l’intervention de sa propre fille, qui lui a parlé et l’a éduqué avec des documents sur les dangers de la consommation et de l’abus d’alcool, ce qu’aucun de ses amis ne lui avait jamais dit, selon lui. En conséquence, il a retrouvé du travail.
3) Un père, après avoir arrêté de boire, a été sauvé et prêche maintenant l’évangile de l’amour à ses amis qui étaient aussi toxicomanes, pour les aider à réduire leur consommation d’alcool.

4. Quel était/est le plus grand défi du travail de la Croix-Bleue?

Mon principal défi a été de trouver un moyen de travailler en partenariat avec les autres branches locales de la Croix Bleue dans le pays. Travailler de manière isolée crée la double quantité de travail dans différentes directions. Travailler de manière coordonnée permettrait de partager les ressources et de s’assurer que nous atteignons le plus grand nombre de personnes possibles avec le même message clair: la croyance en Jésus- Christ est le véritable salut contre la dépendance.

5. La Croix-Bleue dans ton pays : à ton avis, quel est le projet le plus important?

A la Croix Bleue Kisumu, notre projet principal est de travailler sur la prévention. Nous utilisons maintenant l’éducation des compétences de vie « Life Skills Education » comme outil de plaidoyer, pour nous assurer que les jeunes ont les compétences nécessaires pour éviter de tomber dans une vie de dépendance.